La Bretonne pie noire, race locale et sentinelle !

Publié le par Magali Hidalgo

Direction Donges, à « la Ferme du Bois Joubert », où nous attendent Jacques Cochy et ses vaches « bretonnes pie noire », notre race locale. Nous perdons tous nos repères : le "veau de 15 jours" a 4 mois, celui qui paraît 4 mois est en fait un jeune bœuf !

Jacques Cochy est un homme heureux, cela se voit, cela s'entend : il aime son travail, il aime sa terre, il a une passion pour ses bêtes, qui le lui rendent bien ;
il se dit bavard ? je le verrais plutôt précis, sérieux, réfléchi. Quel parcours jusqu'à sa rencontre avec la pie noire ! Dans ses yeux, dans ses paroles, on croit percevoir un coup de foudre qui ne s'éteindra jamais ; la jolie petite vache, une des sentinelles de Slow Food a trouvé avec lui un ardent défenseur. Il est allé jusqu'à Turin pour la présenter !

Dans les champs, les bretonnes pie noire nous laissent passer près d'elles sans peur, sans agressivité. Dociles ? Oh oui ! Jacques Cochy appelle un troupeau qui paisse paisiblement au fond d'un champ ; réponse immédiate, elles accourent, nous sommes humés, léchés... si nous avions su que c'était des boeufs !
Gentils mais pas bêtes, les galopins ont leur tête de turc : une pie noire qui est née rouquine... Petite mais volontaire !
Ici, on les bichonne : pâturage semé à volonté, complément céréalier cultivé sur la ferme (tritical, fèverole et avoine pour l'équilibre des cultures et la bonne santé des bêtes) ; l'hiver, du vrai foin de la ferme et de la paille du marais de Brière, sur les 14 m2 perso de stabulation (14 m2 par petite vache de 400 kg alors que le label bio exige 10 m2 par vache commune de 650 à 800 kg )
Brosserait-il régulièrement ses 24 vaillantes petites laitières ? avec leur poil noir luisant ou blanc brillant, elles ont une tête d'une finesse surprenante, avec de jolis yeux intelligents et attentifs. Une vache à promener au bout d'une corde le long des chemins... Un cheptel français de 1 500 bêtes au total, une trentaine de fermes.

Retour auprès de Jacques qui a tant à nous dire : son parcours, ses trois installations successives dont une en sud Finistère, son action pour la reconnaissance d'une race qui a jusqu'au XIXème été exportée dans toutes les provinces françaises en raison de sa rusticité, de sa frugalité et de la qualité de son lait ; mais c'était avant l'insémination artificielle, le ramassage du lait, les dictats de la politique laitière, le yoyo des prix du lait…
Quand tout le monde pense production, engrais et traitements chimiques, Jacques Cochy pense biodiversité, respect du sol, valorisation de l'activité et place de l'épouse dans l'exploitation ; c'était en 1975 ; presque 40 ans sans changer de cap, et un actif conséquent dans la défense de la bretonne pie noire et de sa valorisation. Dans ce domaine tout était à faire : sélection, création du cheptel, valorisation de la race.

Faire revivre une race locale comme la bretonne pie noire, dont le lait est moindre en quantité, mais tellement plus riche en matière grasse (on n'oublie pas que le goût se transmet par le gras), implique le fait de recréer une boucle viable pour l'éleveur. Jacques et Marie Françoise Cochy ont appris à faire du fromage, du blanc, du frais, et de la tomme, de printemps, d'hiver, ... et le fameux Gwell (brevet déposé), le vrai gros lait. Les spécialités du Bois Joubert révèlent une explosion de saveurs, que les grands chefs locaux et parisiens ont fait entrer dans la gastronomie.
Le beurre et le fromage sont au lait ce qu'est le vin au raisin, des modes de conservation. Par tradition, les bretons n'avaient de savoir-faire qu'en beurre, doublé par l'élevage du porc qui se nourrissait des sous-produits lactés.
Jacques prend le temps de rêver, et nous avec lui, au temps futur où le cochon aux larges oreilles, le porc blanc de l'ouest, valorisera encore mieux les sous-produits laitiers de la ferme.
Pour partager rêve et plaisir gustatif, connaître le secret du Gwell et le charme de la petite vache, séance de rattrapage avec un atelier du goût en septembre !

La bretonne pie noire de Jacques Cochy.

La bretonne pie noire de Jacques Cochy.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article